La lignée des Colas

Une fois n’est pas coutume, nos recherches nous ont fait quitter le territoire de l’ancienne Auvergne pour le Nivernais. C’est ici, entre l’ancienne capitale de la Province (Nevers) et le massif du Morvan, que nous avons suivi la famille Colas, depuis le bassin industriel de Guérigny jusqu’à la commune rurale d’Urzy.

C’est Eustache Colas qui, à l’occasion de son mariage avec Anne Gaulier des Boirats, fixe la famille à Guérigny. Il vient s’installer ici en compagnie de sa femme et de sa belle-mère, et rentre comme ouvrier aux Forges, manufacture spécialisée dans les fabrications d’ancres et d’accessoires métallurgiques pour la Marine royale française. Il est à l’origine d’une lignée de trois générations de “forgerons” qui travaillent aux “Forges de La Chaussade”. Héritières d’une longue tradition métallurgique, les Forges constituaient au XVIIIe siècle l’une des manufactures les plus importantes de France. Spécialisées dans les fabrications pour la Marine, les forges furent achetées par l’Etat en 1781 et poursuivirent  leur activité jusqu’en 1971.

Si les trois dernières générations étudiées ont demeuré à Guérigny, il ressort de l’étude une mobilité importante de leurs ancêtres. Le premier d’entre eux, Eustache, était originaire de Saint-Aubin-les-Forges, petite commune au contact septentrional de celle de Guérigny. Les Colas habitaient alors au hameau de La Grand Mare, aujourd’hui disparu, qui se situait au sud du village “Les Brûlés”, au coeur de la forêt des Bertranges. Son père, François Colas, était venu s’installer ici au début du XIXe siècle pour travailler comme bûcheron. Il s’était marié en 1811 à Chaulgnes, commune voisine, avec une Maillochon, fille d’un tailleur de pierres. François Colas était lui-même originaire de Parigny-les-Vaux, petite commune coincée entre Chaulgnes et Guérigny, au paysage varié alternant bocage, forêts et étangs. Son père, Pierre Colas, était venu s’installer sur la paroisse de Parigny dans le village de Bizy, à l’entame du dernier quart du XVIIIe siècle. Il officiait alors comme « voiturier » ou « charretier » quelques années avant la Révolution, c’est à dire qu’il transportait des marchandises avec l’aide d’une charrette (tractée par des chevaux à l’époque). Dans cette région boisée, il est probable que Pierre Colas travaillait à convoyer des fûts de bois, au service de propriétaires/marchands de bois ou de scieurs.

Suivre les ancêtres de Pierre Colas n’est pas chose facile : simples journaliers, manoeuvres, les générations de Colas qui se succèdent sont des ouvriers de la terre qui n’hésitent pas à bouger au gré des mariages et des demandes en main d’oeuvre. Il semble néanmoins que Pierre Colas venait d’Urzy, toujours dans la région proche de Guérigny, ou les Colas ont transité brièvement dans le milieu du XVIIIe siècle : c’est ici qu’Annet Louis Colas, son père, s’était uni à Edmée Journot.

Write a comment:

*

Your email address will not be published.

© 2015-2018 HISTOIRE DE FAMILLES D'AUVERGNE ET D'AILLEURS...
| ÉTUDE GÉNÉALOGIQUE | N° SIRET : 80955062700016

normal-logo

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK